TÉMOIGNAGE | Porter plainte pour inceste contre son père commissaire du gouvernement

« J’avais honte aussi, mais j’ai fini par comprendre que ce n’est pas à moi d’avoir honte, c’est moi la victime. C’est l’agresseur qui devrait avoir honte. »

Inceste, corruption, violence, son père lui a fait subir toutes les épreuves alors qu’elle habitait avec lui et venait d’avoir 18 ans. Commissaire du gouvernement, il réussit même à mobiliser des gens pour s’en prendre physiquement à elle lors d’une audition au parquet de Petit-Goave, raconte-elle lors d’un entretien organisé par Kay Fanm en partenariat avec Douvanjou Web Média. Malgré tout, elle poursuit jusqu’à ce jour son combat devant le tribunal pour obtenir justice.

« Il m’a dit que pour lui pardonner, il doit me prendre comme une femme. »

Carolane (Nom d’emprunt), qui se rappelle l’année de ses 18 ans

MISE EN GARDE : DESCRIPTION GRAPHIQUE

Le Centre REVIV de Kay Fanm héberge et accompagne toute l’année des filles et adolescentes victimes de violence. À l’invitation de Douvanjou Web Media, Carolane (nom d’emprunt) – aujourd’hui jeune universitaire accomplie – a décidé de raconter son parcours difficile pour sensibiliser sur la question de l’inceste. Bravo pour ton courage !

« Les organisations m’ont aidé beaucoup aussi. Sans elles, je n’aurais pas fait ce grand pas, de philo jusqu’à l’université. »


Si vous ou un proche est victime de violence, passez nous voir ou composez notre numéro d’urgence *322.

Si ou menm ou byen yon pwoch ou ap sibi vyolans, pase wè nou osnon fè nimewo ijans *322.

Kay Fanm 
Lundi au vendredi, 8:00 AM – 4:00 PM
2, angle Jean-Baptiste et Jolibois (Canapé-Vert)
Port-au-Prince