États Généraux de la Coopération et de la Solidarité Internationales

Intervention de Kay Fanm aux États Généraux de la Coopération et de la Solidarité Internationales

Montréal, Novembre 2006

Etrangler les peuples est le propre des empires ; condamner une telle initiative, un attribut des hommes/femmes libres (I. Ramonet)

L’AQUOCI nous a demandé d’intervenir sur le rôle de la société civile par rapport à un nouveau consensus dans le cadre de la coopération internationale.

Notre intérêt à participer à cette table ronde ne cherche pas à renforcer la bonne conscience de ceux-là et celles-là qui ne sont pas exigeants-es envers eux-mêmes devant la misère et la souffrance causée par leur système injuste. Notre participation vise plutôt la concertation et la vraie solidarité des peuples pour la manifestation d’un autre monde d’où émergera la civilisation de la simplicité, fondée sur l’équilibre de la nature et des êtres humains et non sur le replâtrage de l’ancien monde en agonie.


Bienvenue sur le site de Kay Fanm!

Kay Fanm signifie en créole la maison des femmes.

Kay Fanm est une association de femmes haitiennes fondée en 1986, dans la vague des grandes mobilisations populaires qui avaient conduit au renversement de la dictature des Duvalier. C’est une association féministe qui lutte pour la justice sociale et le respect des droits des femmes.

Le siège principal se trouve à Port-au-Prince, mais nous travaillons également dans 2 autres régions du pays : l’Artibonite et Nippes. L’association regroupe des femmes de divers secteurs de la vie nationale et fonctionne sur le modèle d’un réseau. On retrouve donc au sein de Kay Fanm des groupes de femmes paysannes, des marchandes, des travailleuses de maisons, des professionnelles etc.

Il faut souligner que les associations de femmes constituent actuellement le secteur le mieux structuré de la société civile haitienne. Regroupées au sein de la CONAP, elles développent de nombreux partenariats et sont très actives dans la construction d’articulations entre les divers secteurs associatifs (droits humains, universités, syndicats, jeunes etc.).

Fer de lance et vigies de tous les fronts, les associations de femmes se sont investies dans tous les champs où les droits sont piétinés et ont su démontrer leur grande combativité.