The Feminist Majority Foundation’s Eleanor Roosevelt Awards for Global Women’s Rights are held at the Beverly Hills Hotel on Tuesday.

By April 27, 2011 7 :58 pm ET

Via http ://patch.com/california/beverlyhills/lenos-host-event-honoring-extraordinary-women

Mavis and Jay Leno hosted an event Tuesday night in Beverly Hills to recognize the courage of people fighting on the front lines for women’s rights worldwide.

The seventh annual Eleanor Roosevelt Awards for Global Women’s Rights presented by the Feminist Majority Foundation were held at the Beverly Hills Hotel.

Mavis Leno has been a member of the Feminist Majority Foundation since 1997 and is chair of the organization’s Campaign for Afghan Women and Girls.

“I’ve been a feminist all my life and I just felt like I wanted to give back,” Mavis Leno said. “I felt there were some things that feminists in the U.S. weren’t addressing, like helping our sisters in other countries, so the Feminist Majority Foundation was exactly what I was looking for, because it helps women in the U.S. and globally.”

The Lenos host the awards ceremony every year because it is an effort they both support, Jay Leno said.

“It’s a great cause—and there are a lot of great causes out there, so you try to do them all—but this is a very special one for us,” he said.

The event brings awareness to how women are treated in other countries such as Afghanistan, Jay Leno said.

“When you talk to people, they think Afghanistan has always been that way, but it hasn’t. Women used to be doctors and lawyers,” Jay Leno said. “The Taliban is like modern day slavery and it’s happening right in front of people’s eyes and they don’t see it.”

This year’s awards honored four women who have worked to make the world a better place for women and girls, often at great personal risk to themselves. The honorees were Yolette Jeanty, a leader of one of Haiti’s most powerful feminist organizations ; Renee Montagne, correspondent and co-host of National Public Radio’s Morning Edition ; Sunita Viswanath, founder of Women for Afghan Women ; and Aung San Suu Kyi, Nobel Peace Prize laureate and leader of the democracy movement in Myanmar.

“People need to know what these women are doing. We need to get money to these grass-roots organizations, and that’s one of the things the Feminist Majority Foundation does,” said Katherine Spillar, executive editor of Ms. magazine and one of the evening’s presenters. “We try to make sure that humanitarian assistance money is earmarked for women and girls in areas where it is going.”

In Haiti, Jeanty leads Kay Fanm in its efforts to eradicate rape and violence against women in the aftermath of last year’s earthquake.

“I feel very honored, not just for myself, but for my entire country, and for the organization that I am representing,” Jeanty said, speaking in French through a translator. “This is an opportunity to let people know about the situation in Haiti. Women were already living in a precarious situation, and it has deteriorated since the earthquake.”

Montagne has traveled to Afghanistan five times for NPR, reporting on the hardships and triumphs of women and girls in that war-torn country.

“It was an inspiring place to go,” Montagne said. “You start caring about the women there—and they are very strong women.”

Viswanath founded Women for Afghan Women 10 years ago in New York City. The organization establishes centers for women in Afghanistan whose lives are threatened by domestic violence.

“Over the years we have grown by leaps and bounds in Afghanistan. We have lawyers who help women who experience human rights violations,” Viswanath said. “Our methods are very community-based. We solve the problems using the traditions of the community.”

Suu Kyi has remained a tireless advocate for human rights in Myanmar, despite serving 15 years under house arrest. Suu Kyi was not present to receive her award because, while she has been released from house arrest, she cannot leave the country.

“If she leaves, they won’t let her back in,” said Eleanor Smeal, president of the Feminist Majority Foundation. “She has led the democracy movement in Burma [now known as Myanmar] with great personal sacrifice.”

The awards were preceded by a silent auction and then a live auction with Jay Leno serving as auctioneer. A panel discussion was held after the awards to discuss the work of the honorees and how the work of the Feminist Majority Foundation intertwines with what they are doing.

“I don’t think people are aware of how many women’s organizations are fighting for women’s rights around the world—and in some of the most dangerous places,” Smeal said.

La directrice et cofondatrice de Kay Fanm, Yolette Jeanty, recevra à Los Angeles le 26 avril 2011 le prestigieux Global Women’s Rights Award. Remis depuis quinze ans par l’organisme américain Feminist Majority Foundation, lui-même nominé en 2002 pour le Prix Nobel de la paix, ce prix vise à souligner la contribution significative de femmes à travers le monde qui travaillent à l’avancement des droits des femmes et des filles ainsi qu’à la sensibilisation face aux injustices subies par les femmes en raison de leur genre. Madame Jeanty recevra ce prix au Beverly Hills Hotel des mains du célèbre animateur américain Jay Leno et de sa femme Mavis Leno, les deux co-présidents de ce gala. Les trois autres récipiendaires de ce prix cette année sont la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, la journaliste Renee Montagne et la militante afghane Sunita Viswanath. Ce prix est remis à Yolette Jeanty pour son travail, principalement à Kay Fanm, depuis plus de vingt-cinq ans auprès des femmes victimes de violence et à la défense des droits des femmes haïtiennes.

À  l’occasion du premier anniversaire du séisme du 12 janvier 2010, Kay Fanm exprime aux populations haïtiennes ses sympathies solidaires et s’incline devant la mémoire des centaines de milliers de personnes emportées par cette catastrophe.

Kay Fanm salue le courage des populations face à cette terrible épreuve ; les communautés directement frappées par le séisme  à Petit-Goâve, Grand-Goâve, Léogane, Jacmel et  dans  la région métropolitaine de Port-au-Prince. Kay Fanm rend hommage aux communautés des autres  régions affectées par les contrecoups du séisme et qui ont généreusement accueilli les personnes déplacées.

Kay Fanm tient également à saluer :

–  les hommes et les femmes de bonne volonté, qui n’ont pas hésité à payer de leur personne pour sauver leurs compatriotes ;
–  le personnel médical et infirmier ; aussi bien les équipes haïtiennes que cubaines qui ont apporté avec promptitude et dévouement les secours aux populations en détresse ;
–  les journalistes ; bien qu’aussi éprouvés, les équipes des radios se sont mobilisées pour relayer les informations, multiplier les appels à l’aide et offrir des paroles de réconfort aux personnes emprisonnées sous les décombres, en particulier à nos sœurs féministes ;
–  les communautés de la diaspora haïtienne, qui se sont  assemblées pour  envoyer des  secours, accompagner les familles, diffuser des informations, notamment au sujet des survivants et survivantes ;
–  les peuples des différentes contrées du monde, en particulier  de  la  République Dominicaine, d’autres pays de la Caraïbe et de l’Afrique, qui ont témoigné de leur compassion et de leur solidarité agissante ;
–  les féministes, notamment celles de la diaspora haïtienne, de la Caraïbe tout particulièrement de la Martinique, de l’Amérique latine et de l’Amérique du Nord ;
–  les organisations étrangères, qui construisent de longue date des relations de partenariat solidaire avec les associations locales et qui n’ont pas manqué de plaider la cause d’Haïti devant les instances décisionnelles de leur pays et au niveau international ; et qui ont aussi été vigilantes sur la question des effets déstructurants de l’aide humanitaire.

L’année 2010 nous a fortement éprouvés avec l’enchaînement de catastrophes qui se sont abattues sur notre pays : tremblement de terre qui a emporté des centaines de milliers de vies, jeté des familles à la rue puis dans des camps indignes ; ouragans et cyclones qui, en raison de la fragilité de notre environnement, ont causé des inondations dévastatrices ; épidémie de choléra qui a trouvé dans la précarité de nos conditions de vie un terrain fertile pour se propager ; pagaille électorale qui nous plonge dans l’incertitude à un moment où nous avons justement besoin de maîtriser notre avenir.

La commémoration du 12 janvier est une occasion de réfléchir sur notre devenir, sur les voies et moyens  pour  créer un cadre permettant de réunir les conditions nécessaires à une véritable reconstruction nationale, centrée sur les intérêts des populations.

 

Port-au-Prince, le 11 janvier 2011
Pour Kay Fanm
Yolette Jeanty et Danièle Magloire

Un pèlerinage sur des lieux symboliques aura lieu en mémoire des personnes disparues lors du séisme du 12 janvier 2010, en particulier les féministes. Des gerbes de fleurs et des bougies seront déposées dans les différents sites.

Le parcours du pèlerinage suivra le cercle suivant :

– Rassemblement, à 10h00, devant les locaux de la CONAP/Coordination nationale de plaidoyer pour les droits des femmes (9, rue Pacot) ;
– Kay Fanm (11 rue Armand Holly, Tugeau), en mémoire de Magalie Marcelin ;
– EnfoFanm (local détruit, 14 rue de la Ligue féminine, ci-devant 1ère rue du Travail) ; en mémoire de Myriam Merlet, Mirielle Neptune Anglade, Gina Porcéna ;
– Sofa/Solidarite Fanm Ayisyèn (9, rue Villemenay, en face de radio Kiskeya) ; en mémoire d’Anne-Marie Coriolan, Bernadine Bourdeau et Myrlande Dorvilus ;
– Ministère à la Condition féminine (rue Magny, Port-au-Prince) ; en mémoire de Myrna Narcisse-Théodore (directrice générale) ;
– Ecole des infirmières et sages femmes (rue Mgr Guilloux, près de l’hôpital général) ; en mémoire des étudiantes et de leurs professeurs-es.

Pour Kay Fanm
Yolette Jeanty et Danièle Magloire

Dans un article paru le 6 janvier 2011 par The Catholic Register, le journaliste Michael Swan salue le travail réalisé par Kay Fanm à travers son centre d’accueil REVIV. Ce centre accueille des fillettes et adolescentes victimes d’agressions et d’abus sexuels et les aide à retrouver une vie digne. En plus du traumatisme causé par cette violence, de nombreuses fillettes tombent enceintes. C’est un grand défi d’accompagner ces fillettes dont certaines ont à peine 13 ans, moralement, psychologiquement et médicalement pour les aider à mettre au monde leur bébé alors qu’elles sont encore elles-mêmes des enfants.

Le centre REVIV est le seul du genre en Haiti pour l’instant et le travail réalisé prend tout son sens dans le contexte actuel où plus d’un million de personnes vit sous les tentes et que la violence sexuelle est en nette augmentation.

Rappelons également que Kay Fanm accompagne les victimes et leurs familles à poursuivre les auteurs de ces actes criminels.

[Article publié le 6 janvier 2011 dans The Catholic Register]

by Michael Swan, The Catholic Register
Thursday, 06 January 2011 15 :38

In the tent camps around Port-au-Prince, in the collapsed and desperate slums of Cite Soleil, amid the violence of a chaotic city policed by United Nations troops from around the world there’s a pro-life story.

Kay Fanm (Creole for the House of Women) doesn’t call itself a pro-life organization. The Development and Peace partner proudly claims the title feminist. What Kay Fanm does, however, lifts up women and the value of life in the face of violence and the most corrosive poverty in the Western Hemisphere.

In the tent camps around Port-au-Prince, in the collapsed and desperate slums of Cite Soleil, amid the violence of a chaotic city policed by United Nations troops from around the world there’s a pro-life story.

Before the earthquake Kay Fanm ran one of the only women’s shelters in Haiti — a country where until 2005 rape was considered a crime against honour rather than a crime against a person. Now with more than one million people crammed into tent camps where there are no locked doors and the shadows at night hide all kinds of crime, Kay Fanm is seeing a steady stream of girls, many between 13 and 15, come to them pregnant.

“They arrive pregnant and give birth here,” Kay Fanm co-ordinator Yolette Jeanty told The Catholic Register.

Somebody has to prepare the girls for motherhood.

“They’re kids we are preparing to give birth,” said Jeanty. “They don’t have families. They stay with other kids.”

The program is called Revive. In addition to dealing with the trauma of the girls’ situation — whether they’ve been raped, seduced by an older man or surprised to discover they are pregnant — Kay Fanm tries to keep the girls in school or at least provide basic literacy and job training.

If not for Kay Fanm, no end of illegal and dangerous abortions are performed in Haiti. Given the state of health care, the girls chances of surviving child birth without Kay Fanm are low. Even before the earthquake, the maternal mortality ratio for Haiti was 670 for every 100,000 live births, according to Unicef.

The problem is bigger than Kay Fanm can deal with. They’ve got room for about a dozen girls at a time. They can offer financial support for 40 girls. Out there in the camps there’s an epidemic of sexual violence and a kind of brutal economy in which sex is traded for protection, food and shelter.

All of that means there’s good reason to help Kay Fanm with financing and strategy, said Development and Peace executive director Michael Casey.

“You look at that tragedy, that kind of thing happening to very young girls, the violence being perpetrated against women in the camps — the stuff that Kay Fanm is working with,” he said.

“Those are very, very important stories.”

“There’s a lot of sexual violence against little girls and adolescents,” said Jeanty. “Men are using violence to bring girls to bed. Or trading rice for sex.”

Kay Fanm does not advocate for abortion access because that won’t solve Haiti’s problem with sexual violence and predation. They do what they can for the girls who come to them.

“The situation in the camps has exacerbated the problem,” said Jeanty.

Assises criminelles, session ordinaire du mois de juillet 2008
Procès pour viol de Jean-Mirtho Alouidor
Procès pour meurtre de Valdo Jean

Le lundi 14 juillet 2008, au Palais de Justice de Port-au-Prince, il devait se tenir deux procès intéressant particulièrement les organisations de défense des droits des femmes :
a.    Le procès de Jean Mirtho Alouidor, accusé du viol perpétré le 18 novembre 2007 à l’encontre d’une jeune femme de 21 ans ; et
b.    Le procès de Valdo Jean, accusé de l’assassinat de la présentatrice de télévision Ginoue Mondésir, dans la nuit du 23 au 24 décembre 2005.

Les organisations de femmes avaient annoncé la tenue de ces procès et avaient invité le public à venir les suivre, afin de manifester leur soutien aux familles des victimes. Les organisations membres de la CONAP (Coordination Nationale de Plaidoyer pour les Droits des Femmes), les organisations de droits humains ainsi que des citoyens et citoyennes étaient venus observer le déroulement des procès.

De 10h00 AM à 2h00 PM, les avocats des deux parties et les groupes d’observation étaient présents au tribunal. Ce n’est qu’à 2h00 que les deux accusés ont été amenés au tribunal.
a.    Dans le cas de Jean Mirtho Alouidor (procès sans assistance de jury), le Ministère Public et le juge ont été absents. Force a été de constater qu’il n’y aurait pas de procès. Aucune explication n’a été fournie à ce sujet.
b.    Dans le cas de Valdo Jean (procès avec assistance de jury), le doyen du tribunal de 1ère instance de Port-au-Prince, M. Rock Cadet, jouant le rôle de juge de siège, était présent dès 10h00. Le Ministère Public n’est arrivé que vers 2h00. Sur la base d’un tirage au sort, il a été procédé à la formation du jury. Sur les 40 personnes proposées, 15 ont été retenues : 12 hommes et 3 femmes. Dès le début de la séance, le Ministère Public a réclamé le renvoi de l’audience en raison des funérailles du Commissaire du Gouvernement de Jacmel qui devaient avoir lieu le mardi 15 juillet.
Tenant compte du calendrier déjà établi, le procès de Valdo Jean devrait avoir lieu à la fin du mois de juillet et celui de Jean Mirtho Alouidor à la fin du mois d’août 2008.

Kay Fanm note les efforts entrepris par le Parquet et le Tribunal pour favoriser la tenue plus régulière de procès. Ces efforts doivent cependant être continus  pour permettre une meilleure administration de la Justice dans ses différents aspects. Kay Fanm saisit cette occasion pour rappeler que Ronald Hogu, accusé du meurtre de sa compagne Dania Alexandre, est en fuite depuis le 5 avril 2006. Le suivi du dossier est spécifiquement assuré par la SOFA (Solidarite Fanm Ayisyèn/Solidarité des Femmes Haitiennes).

Port-au-Prince, le 16 juillet 2008
Yolette Jeanty

Note d’Information

Pour le premier semestre de l’année 2007, Kay Fanm a reçu un ensemble de 573 cas exigeant une intervention judicaire. Parmi ces dossiers, 305 ont été documentés et traités et, sur cette base, 155 ont fait l’objet d’un recours judiciaire :
– Les Poursuites Civiles concernent 101 cas : 71 cas de Pension Alimentaire et Garde d’enfants et 30 cas de Séparation Légale.
– Les Poursuites au Correctionnel concernent 13 cas de Voies de Fait, c’est-à-dire de violence physique envers des femmes, entraînant certaines fois des incapacités physiques.
– Les Poursuites Pénales concernent 41 cas de viol contre des fillettes (13), des adolescentes (21) et des femmes adultes (7).

Au niveau de l’état d’avancement des dossiers soumis aux Tribunaux en 2007, 54 cas sont actuellement à l’étude. :

– 13 cas de Poursuite au Correctionnel sont au Tribunal de Paix (5 cas) et au Parquet (8 cas).
– 41 cas de Poursuite Pénale sont au Parquet (26 cas) et au Cabinet du Juge d’Instruction (15 cas).

e Cabinet du Juge d’Instruction s’est prononcé et a rendu une Ordonnance de Renvoi pour 12 dossiers de viol introduits en 2006. Kay Fanm et les plaignantes attendent donc que la Justice fixe une date pour la tenue des procès. Les dossiers en question sont les suivants : 11 cas de viol et 1 meurtre. Les viols ont été perpétrés sur 4 enfants âgées de 5 à 9 ans, sur 6 adolescentes âgées de 12 à 15 ans et sur 1 jeune adulte de 25 ans. La victime du meurtre est une adolescente de 14 ans. A date, 2 dossiers ont fait l’objet  d’un procès au cours du mois de juillet 2007. Le procès du 3 juillet, à Anse-à-Veau, pour viol collectif perpétré contre une jeune femme de 20 ans est encore en cours. Le procès du 27 juillet, à Port-au-Prince, pour viol d’une enfant de 9 ans s’est soldé par la condamnation à 15 ans de prison du violeur. Le jury a rendu son verdict en se basant sur les articles 18 et 280 du Code Pénal et sur l’article 3 du Décret du 6 juillet 2005. Le violeur a également été condamné à payer des dommages et intérêts. Dans la pratique, les victimes sont rarement dédommagées car, les personnes condamnées ne sont pas toujours solvables et aucune disposition n’est prise par l’État pour pallier à ce fait.

Kay Fanm tient à souligner combien il est difficile d’obtenir des informations sur la date de la tenue des procès, ce en dépit des prescriptions légales en la matière. En vue de s’assurer du suivi des dossiers soumis aux tribunaux, Kay Fanm établit périodiquement des tableaux sur l’état d’avancement des dossiers et les transmet aux responsables concernés. Il n’en demeure pas moins que l’organisation n’est pas toujours avertie, ou avertie à temps de la tenue d’un procès. Ainsi, le procès du 27 juillet pour viol de M. Dieufaine Dorson (aussi connu sous le nom de Dieubon) se tenait à l’insu de Kay Fanm. C’est de manière fortuite que l’organisation a été informée et a fait diligence pour faire représenter la victime par le Cabinet Garçon et Associés.

Déterminée à continuer à jouer son rôle d’accompagnement des femmes par devant les tribunaux, Kay Fanm réitère publiquement sa demande pour que le calendrier des procès soit publié à temps, et permette ainsi aux militantes de la cause des femmes de manifester leur solidarité aux victimes et à leur proches.

Yolette Jeanty
Port-au-Prince, le 13 août 2007