Kay Fanm a profité de la période entre la Journée internationale contre la violence faite aux femmes le 25 novembre et la commémoration de la Déclaration universelle des droits de la personne le 10 novembre pour déployer une série d’activités dans les zones les plus affectées par le séisme et les zones d’intervention des membres de la Concertation nationale contre les violences faites aux femmes. Des séances d’animation, de distribution de matériel d’information, de référence et de sensibilisation, l’affichage de posters et des interventions dans les médias ont eu lieu durant cette période symbolique dans le Département de l’Ouest, celui du Sud-Est et le Département des Nippes.

Les Haïtiennes et les Haïtiens resteront marqués par le séisme de 2010. Malgré les difficultés et les collaborateurs disparus, le centre Kay Fanm poursuit encore plus activement ses actions et offre maintenant trois nouvelles activités pour supporter les femmes et les victimes d’agression sexuelle. Celles-ci viennent s’ajouter aux activités existantes concernant la protection, la défense, la réhabilitation et à l’accompagnement des victimes d’agression sexuelle et conjugale (révision des plaintes, assistance légale, assistance médicale, médiation intra-familiale et de couples, hébergement, etc).

 – Services complémentaires pour les plus jeunes

Les plus jeunes membres du centre REVIV ont maintenant accès à un service de garderie avec éducatrice (0-4 ans) et des cours à distance (5-10 ans). Ces mesures visent à permettre aux filles-mères et leurs enfants d’entrevoir leur vie avec de meilleurs horizons économiques et une attitude plus sereine. Elles visent à favoriser des exercices sensoriels et moteurs pour les plus jeunes et à pallier aux accès difficiles à l’école. Le centre REVIV accueille des adolescentes victimes d’agression sexuelle et leurs enfants. REVIV est situé sur un site temporaire depuis l’effondrement de son centre d’hébergement lors du séisme du 12 janvier. Ce site accueille depuis l’été 2010 des dortoirs  temporaires réalisés grâce au support de l’UNIFEM.

– Formations professionnelles

Plusieurs adolescentes du centre REVIV reçoivent désormais des formations professionnelles offertes en collaboration avec la congrégation des Salésiens de Don Bosco et l’organisation Terre des Hommes Suisse. Ces activités de formation se divisent en deux catégories de profession, carreleur et électricien. Elles comprennent également une couverture d’assurance maladie, une cantine, des boites de lait pour les mères de jeunes enfants, des uniformes, le transport au centre de formation et des kits d’hygiène féminine.

Soutien économique aux marchandes

Kay Fanm a offert un soutien économique à 259 marchandes sinistrées suite au tremblement de terre du 12 janvier 2010. 59 d’entre elles ont bénéficié d’un crédit pour tenir un petit commerce, un programme réalisé en partenariat avec International Rescue Committee (IRC). Une fois remboursée, ces fonds peuvent être réempruntés. Chaque mois, une partie des fonds de 10 000 gourdes (250 $US) sont ainsi remboursés sur une période de six mois et ensuite disponible à nouveau pour un nouvel emprunt. Les marchandes, regroupés en groupe de cinq, ont également reçu une mini-formation en gestion financière.

200 marchandes ont également participé au projet de recapitalisation de Kay Fanm. Ces marchandes sont issus de deux quartiers de Port-au-Prince ainsi que quatre communes de la ville de Miragoane (Miragoane, Paillant, Fond-des-Nègres, Petite Rivière). Elles ont aussi été accompagnées de formation en entrepreneuriat et leadership. Des formations d’alphabétisation de trois mois ont aussi été offertes à certaines d’entre elles.

Le premier semestre de l’année 2008 a été marqué par un ensemble de procès de viols dont les victimes en majorité sont des fillettes âgées de 4 à 12 ans.

Sur neuf (9) dossiers suivis par Kay Fanm, en état d’être traduits par-devant un tribunal criminel, huit (8) ont été entendus au cours des assises criminelles sans assistance de jury, réalisées durant les mois d’avril et de mai dernier, à Miragoâne et Port-au-Prince. Les agresseurs ont tous été reconnus coupables. La durée des peines infligées est comprise entre 2 et 10 ans pour quatre (4) des procès et est de 15 ans pour les autres.

Dans le cadre de la session ordinaire du mois de juillet, le tribunal doit  se prononcer sur d’autres dossiers de viols traités et accompagnés par Kay Fanm.  Pour l’instant, un seul de ces cas a été confirmé pour être entendu le lundi 14 juillet 2008 à 10 h a.m.  Il s’agit d’un viol commis avec menaces et violence par le nommé Alouidor Jean Mirtho au préjudice d’une jeune femme de 21 ans.  Nous attendons donc la présence de la presse, des organisations de droits humains et de simples citoyens et citoyennes au palais de Justice pour supporter la victime et sa famille tout au long du déroulement des séances et/ou pour couvrir l’événement.

Port-au-Prince, le 12 juillet 2008