Omaj pou rezistan ak rezistant kont okipasyon meriken la (1915-1934)

105 ans de l’occupation militaire d’Haiti 
28 jiyè 1915 – 19 out 1934

Rann omaj bay konpatriyòt ki te kanpe an kwa kont okipasyon an, sa vle di tou montre rekonesans pou sila ki travay pou fè konnen tout devire tounen moman enpòtan sa a nan listwa nou : istoryen ak istoryèn tankou Roger Gaillard, Suzy Castor, Kettly Millet, Alain Turnier, Georges Corvington; chèchè ak chèchèz tankou Myrtha Gilbert.
Ochan pou […] Anne-Marie Emmanuel, ki se manman Charlemagne Péralte, ke yo sitou konnen sou non Madan Macénat Péralte, akòz tradisyon fè fanm disparèt dèyè non mari yo. […]
Ak tout kalite represyon, solda meriken yo te fè peyizan ak peyizàn nan Plato santral peye chè rezistans yo. Fanmi Péralt te pami viktim yo. Kwaksa, Anne-Marie Emmanuel-Péralte pa t janm sispann solidè ak kòz pitit gason li an t ap defann. Pou respekte angajman Péralt, li pa t aksepte kondisyon ki te mete pou remèt li kadav la. Konsatou, peyizàn yo te rantre nan batay la tou. Gen fanm Kako ki te pran lèzam, gen lòt ki t ap okipe bay lame rezistans lan enfòmasyon oswa apwovizyone li. […]
Ayibobo brav pou rezistan ak rezistant nou yo !

Sous : Danièle Magloire, Kay Fanm, 28 jiyè 2016. Komemorasyon 100 lane lokipasyon meriken.

Yon fanm ki gen zanm nan men l

Mobilisation des femmes contre l’occupation

Les prémisses du mouvement féministe haïtien remontent à la période de l’occupation militaire étasunienne d’Haïti (1915-1934). Dans le cadre des actions menées par l’Union patriotique —un groupe fondé par des intellectuels opposés à l’occupation— des Haïtiennes, issues de la petite bourgeoisie et de la bourgeoisie, se sont mobilisées dans les villes pour contester cette « domination totale », comme le faisait déjà des groupes de paysans et paysannes en armes. En lien avec cette résistance à l’occupation, mais de manière autonome, ces femmes vont constituer une antenne locale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (1926), s’organiser pour indexer, en tant que facteur déterminant de la dynamique de l’occupation une question oblitérée dans les autres espaces de contestation : les agressions sexuelles perpétrées par les marines envers les femmes et les filles. Les stratégies développées (sensibilisation et information au niveau national et international) leur ont permis d’investir l’espace public avec des revendications spécifiques concernant les droits humains des femmes. Ce faisant, les Haïtiennes se sont posées comme sujet politique exigeant leur agentivité.

« D’un apport appréciable se feront les femmes à des moments forts de la longue lutte en faveur de cette désoccupation. Dès la création de l’Union patriotique (juillet 1915) et au fil de l’implantation de ses 41 filiales de province, en effet, nombreuses les retrouvera-t-on déjà, dans les maisons, les marchés et les lieux publics, occupées à la collecte de fonds indispensables aussi bien au soutien d’une campagne intérieure assidue contre l’occupant que pour l’envoi de délégués chargés de faire valoir, aux États-Unis mêmes, auprès d’instances influentes, les doléances haïtiennes. Quand, suite à une décision de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté d’ouvrir sur place une enquête sur le maintien d’une occupation de plus en plus décriée, arrivèrent, en 1926, à Port-au-Prince les délégués Paul Douglas, Emily Green Balch et Grace Watson, ce furent par les représentantes de cette Ligue en Haïti, Mmes Eugénie Malebranche-Sylvain et Pierre Hudicourt, qu’ils furent reçus et guidés. Enfin, nous devons à une initiative également féminine, en l’occurrence celle de Mmes Perceval Thoby, Thérèse Vieux-Clesca, Justinien Ricot, l’organisation, en 1930, de cette grande manifestation pacifique qui défilera dans les rues de la capitale à seule fin de notifier à la Commission Forbes cette volonté unanimement partagée de voir l’occupant débarrasser le sol d’une présence indésirable. » (Claude-Narcisse, 1997: 57).

Sur cette lancée, la première organisation féministe haïtienne, la Ligue féminine d’action sociale (LFAS), va formellement se constituer le 3 mars 1934. […]

Source (légèrement adaptée pour une meilleure compréhension hors-contexte) : Danièle Magloire (2018). « L’antiféminisme en Haïti », dans Déjouer le silence. Contre discours sur les femmes haïtiennes. Montréal, Éditions du remue-ménage et Mémoire d’encrier, p 199-212.

Source de l’image: Femme Cacos – Archives Cidihca Montreal

Omaj pou rezistan ak rezistant kont okipasyon meriken la 105 ans de l’occupation militaire d’Haiti 28 jiyè 1915 – 19…

Posted by Kay Fanm on 2020 July 29, Mèkredi

Nou pa p koube pou asasen yo !

Se ak gwo lapenn e ak anpil endiyasyon òganizasyon feminis yo aprann kò ansasinay ki fèt nan aswè 29 jen 2021 an, nan Pòtoprens, sou yon latriye moun. Antoinette Duclaire (alyas Netty), yon kanmarad feminis, yon militant politik, yon jounalis angaje, konte pami viktim yo, menm jan ak yon lòt pèsonalite tankou Diego Charles, jounalis radyo Vizyon 2000. Feminis yo koube byen ba devan tout viktim yo. Yo prezante kondoleyans yo bay fanmi ak zanmi yo, kanmarad konba yo, kòlèg yo. 

Lire la suite


Ti rale sou dat senbolik pou mouvman fanm nan

Des groupes affiliés à Kay Fanm et au Rezo Fanm Salagnak dans la région des Nippes ont tenu une journée d’information sur les droits des femmes à l’occasion des activités du 8 mars au 3 avril 2021. Des femmes et leaders de quelques dizaines organisations se sont réunies pour discuter entre autres de l’importance de certaines dates symboliques pour le mouvement des femmes en Haïti (en créole).

Gen divès dat ki enpòtan pou mouvan fanm nan. Pami yo, genyen 5 dat sila yo :

8 mas : Jounen entènasyonal dwa fanm
3 avril : Jounen nasyonal mouvman fanm ayisyèn
Dènye dimanch mwa me : Fèt manman
25 novanm : Jounen entènasyonal kont vyolans sou fanm
10 desanm : Jounen entènasyonal dwa moun

Lire la suite


Célébrons la résistance ! : Journée internationale des droits des femmes

KREYOL | Ann selebre rezistan nou ! : Jounen entènasyonal dwa fanm
ENGLISH | Celebrate the resistance! : International Women’s Rights Day

Déclaration de KAY FANM à l’occasion du 8 mars 2021

Le contexte sociopolitique est difficile, tant pour les individus que les organisations. Ce contexte s’est davantage compliqué depuis le 7 février 2021, avec l’autoritarisme assumé du pouvoir en place, le délabrement vertigineux des institutions, les agressions incessantes et meurtrières des gangs armés, les violences policières récurrentes, la dégradation continuelle des conditions de vie déjà précaires de la grande majorité de la population, en particulier des femmes.

Lire la suite


NON ak ensekirite k ap agrave vyolans sou fanm!

FRANÇAIS | Non à l’insécurité qui aggrave les violences envers les femmes!

Òganizasyon feminis yo estomake, endiye devan fason inimen yo detwi lavi Evelyne Sincère, yon elèv 22 zan yo asasinen 1e novanm 2020. Apre yo fin kidnape li, maspinen ak vyole li, yo lage kadav li twaka tou ni sou yon pil fatra nan Delma 24, nan Pòtoprens. Feminis yo salye memwa viktim nan, epi prezante tout kondoleyans yo bay fanmi li, zanmi li ak kanmarad lekòl li. 

Lire la suite


L’arrêté nommant les membres du CEP est inconstitutionnel et illégal

Nous, organisations signataires de la présente déclaration, dénonçons la publication dans le journal officiel Le Moniteur, en date du 18 septembre 2020, de l’arrêté présidentiel nommant les nouveaux membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP), en violation de la Constitution et sans aucun accord politique pourtant indispensable pour garantir la légitimité et la crédibilité du Conseil ainsi que son indépendance.

Lire la suite


Feminis yo di NON ak mannèv pou fè kriz nasyonal la vin pi grav

FRANÇAIS | Les féministes disent NON à l’aggravation orchestrée de la crise nationale
ENGLISH | Feminists say NO to orchestrated escalation of national crisis

Òganizasyon feminis yo kondane ak tout fòs yo zak ansasinay lach ki fèt, 28 out, sou Mèt Monferrier Dorval, batonye lòd avoka Pòtoprens. Nou prezante kondoleyans nou bay fanmi, kolèg ak zanmi Mèt Dorval. Nou wete mouka nou pou salye kokenn kontribisyon sitwayen sa a pote ak kouraj pou konstwi yon Leta demokratik ki chouke nan lalwa.

Lire la suite


RÈL ÒGANIZASON FANM YO POU JOUNE MONDYAL DWA FANM 2018 : Antifeminis nan Leta

SOFA (Solidarité fanm ayisyèn), Kay Fanm, Fanm Saj, AFASDA (Asosyasyon fanm solèy d Ayiti) ak Fondasyon Toya mete ansanm pou make jounen 8 mas la ak yon sitin ki gen 7 estasyon : Plas Katrin Flon sou Channmas, Palè nasyonal, Ministè Lajistis, OMRH (Ofis manajment ak resous iemèn), OPC (Ofis pwoteksyon sitwayen), Primati ak Palman.
DEKLARASYON KAY FANM – 8 mas 2018
DEKLARASYON SOFA – 8 mas 2018

Lire la suite


Les organisations de droits humains insurgent contre les propos irrévérencieux prononcés par l’ancien président

PORT-AU-PRINCE – Les organisations de droits humains Kay Fanm, SOFA, RNDDH, CE, JILAP, CARDH, POHDH s’insurgent contre les propos irrévérencieux prononcés par l’ancien président Michel Joseph Martelly à l’encontre de personnalités publiques du pays à la suite de ses interventions le 9 février 2017, à l’émission Canal Musical, diffusée sur les ondes de la Radio Caraïbes, avec l’animateur – présentateur Marc Anderson Brégard, qui avait reçu l’ancien chef de l’Etat.

Au cours de cette émission, Joseph Michel Martelly s’est attaqué directement à deux journalistes connus, à savoir, Jean Monard Métellus et Marie Liliane Pierre-Paul faisant référence à eux, par des sobriquets, et utilisant des propos aussi regrettables qu’irrévérencieux, selon un document transmis au journal en date du 16 février 2017.

Michel Joseph Martelly a aussi profité du microphone qui lui était offert pour faire la promotion de sa méringue carnavalesque de 2017, qui, comme celle de l’année 2016, dénigre les journalistes susmentionnés. Il s’agit-là d’une atteinte grave à leur dignité et au principe général de respect mutuel. De plus, il est choquant que des médias et des particuliers acceptent de diffuser cette méringue qui, normalement, aurait dû être censurée par les autorités étatiques concernées.

Face à ces dérives, Kay Fanm – SOFA – RNDDH – CE-JILAP – CARDH – POHDH condamnent cette attitude de Michel Joseph Martelly qui, depuis l’accession à la magistrature suprême de son protégé Jovenel Moïse, fait montre d’une arrogance sans pareille et semble ne vouloir se courber à aucune règle morale et éthique.

Kay Fanm – SOFA – RNDDH – CE-JILAP – CARDH – POHDH regrettent qu’une telle émission ait pu se réaliser sur le lieu de travail du journaliste Jean Monard Métellus.

Par ailleurs, les encouragements et les rires égrillards de l’animateur – présentateur de l’émission, ainsi que des jeunes personnes présentes au studio, inquiètent au plus haut point les organisations susmentionnées, car ils témoignent d’un manque d’esprit critique et d’une mentalité sexiste clairement affichée.

Kay Fanm – SOFA – RNDDH – CE-JILAP – CARDH – POHDH estiment que ce comportement ainsi que les propos vulgaires et irrévérencieux de Michel Joseph Martelly avilissent la fonction de président qu’il a occupée pendant cinq (5) ans.

Haïti est aujourd’hui meurtrie ! Les actes de corruption, de malversation et de mauvaise gouvernance des autorités étatiques qui se sont succédé à la tête du pays ont laissé un Etat faible, ne pouvant offrir à ses ressortissants ni les services de base, ni les prestations auxquels ils ont droit.