Kay Fanm est une organisation haïtienne de promotion et de défense des droits des femmes. L’organisation, à but non lucratif, articule son travail autour de la condition féminine et des situations socioéconomiques des femmes. En tant qu’organisation féministe, Kay Fanm joue un rôle d’un lobby politique de défense des intérêts des femmes. Kay Fanm s’investit systématiquement aussi dans des démarches de plaidoyer pour le respect des droits fondamentaux des femmes et des filles, en tant que personne et en tant que citoyenne.

Kay Fanm réalise ses interventions principalement dans les 4 départements suivants :

  • Département de l’Artibonite, en particulier les communes de Desarmes, St Marc, Marchand Dessalines ;
  • Département des Nippes, en particulier les communes de Fonds-des-Nègres, Miragoâne, Paillant et Petite Rivière ;
  • Département de l’Ouest, en particulier la région métropolitaine de Port-au-Prince, Arcahaie, Cabaret, Croix des Bouquets, Fermathe, Grand-Goâve, Kenskoff, Léogâne et Petit-Goâve ;
  • Département du Sud-Est, en particulier la commune de Jacmel.

Kay Fanm publie régulièrement des bilans relatifs à ses interventions en faveur des droits des femmes et des filles. Ces bilans traitent notamment des cas de violence de genre enregistrés et des actions qu’entreprend l’organisation pour contrer cette violence spécifique.

 

Principaux domaines d’intervention

Kay Fanm intervient dans les cinq (5) domaines suivants : encadrement et réhabilitation des femmes et des filles violentées ; promotion des droits des femmes et des filles ; démocratie et droits des femmes ; formation, information et sensibilisation ; activités génératrices de revenus.

 

Encadrement et réhabilitation des femmes et des filles violentées

Depuis 1993, Kay Fanm a fait de la violence spécifique envers les femmes et les filles son cheval de bataille. A partir de 1996, l’organisation a systématisé la fourniture des services d’accompagnement aux femmes et aux filles victimes de violence de genre. Depuis lors, ces services sont offerts de façon continue à toute femme/fille qui les sollicite, quelque soit son lieu de résidence.

L’accompagnement est constitué par l’offre des services suivants :

  1. accueil personnalisé des victimes ;
  2. soins médicaux ;
  3. assistance psychologique ;
  4. hébergement temporaire des femmes adultes  (Service non disponible pour le moment) ;
  5. service de médiation intrafamiliale (médiation pour les conjoints-es, médiation parent-enfant) ;
  6. assistance juridique (conseils juridiques, assistance légale pour les recours judiciaires, accompagnement des victimes et de leurs proches lors des procès) ;
  7. hébergement des fillettes et adolescentes abusées sexuellement et/ou victimes de maltraitance, dans le cadre du Centre d’accueil Reviv (Revivre) mis en place en 2005.

 

Promotion des droits des femmes et des filles

  • Production et diffusion de matériels d’information et de sensibilisation.
  1. Campagne d’information

Portant sur :

  • le cadre légal national et international relatif aux droits des femmes (Conventions internationales, dispositions constitutionnelles) ; les plaidoyers visant à l’adoption de nouveaux cadres réglementaires non discriminatoires pour les femmes ;
  • les voies de recours relatives aux agressions sexuelles ;
  • les procès pour violence envers les femmes et les filles.
  1. Information et sensibilisation en milieux scolaire et communautaire

Sur les droits des femmes et des filles, la prévention et les recours par rapport aux agressions notamment sexuelles.

  1. Rencontres de réflexion

Sur les stratégies de promotion et d’intervention, avec des organisations de femmes, des organisations citoyennes et des institutions encadrant les femmes.

  1. Monitoring des procès pour agression (notamment le viol) envers les femmes et les filles
  • Accompagnement des victimes et de leur famille ;
  • Suivi des procès ;
  • Diffusion de compte rendu annoté.

 

Démocratie et droits des femmes

  • Mobilisation pour la participation citoyenne et politique des femmes

A travers la promotion de :

  • la réflexion et du positionnement, au sein des organisations et groupes de femmes, sur des questions d’intérêt national ;
  • la participation active des femmes dans les mouvements sociaux ;
  • la prise en compte dans les organisations citoyennes des rapports sociaux de sexe ;
  • la participation politique citoyenne des femmes (voix des femmes sur la gestion de la chose publique, électrices, observations électorales citoyennes) ;
  • la participation des femmes dans les espaces de pouvoir et de décision (partis politiques, postes électifs et nominatifs) ;
  • de réseaux d’organisations de femmes.
  1. Plaidoyer

Autour de dossiers touchant aux :

  • intérêts immédiats/besoins pratiques (nécessités immédiates liées aux conditions de vie) des femmes et des filles ; et
  • intérêts stratégiques (statut des femmes par rapport aux hommes dans la société) des femmes et des filles.

 

Formation, information et sensibilisation

Principales thématiques :

  • problématique des rapports sociaux de sexe ;
  • droits humains, droits spécifiques des femmes et des filles ;
  • structuration organisationnelle et renforcement de groupes féminins ;
  • violence spécifique envers les femmes et les filles ;
  • accueil, accompagnement et prise en charge des femmes et filles violentées ;
  • participation aux jurys ;
  • monitoring de procès ;
  • participation citoyenne.

 

Activités génératrices de revenus

Les groupes de femmes visés sont des groupes implantés dans les zones d’intervention de Kay Fanm et qui entretiennent des relations avec l’organisation.

  • Octroi de crédit à des groupes restreints pour des activités génératrices de revenus ;
  • Encadrement des bénéficiaires, au niveau de la gestion des activités et de la structuration de groupe.

 

Autres domaines d’intérêt dans le champ des droits humains

Dans le champ des droits humains, Kay Fanm s’implique également- aux côtés d’autres organisations de femmes, d’organisations de droits humains et d’organisations citoyennes- dans les dossiers relatifs aux droits socioéconomiques :

  1. Santé des femmes

Connaissance du corps, santé sexuelle, santé de la reproduction.

  1. Droit à l’éducation et à la formation
  • Egal accès aux filles et aux femmes à l’éducation et à la formation ;
  • Maintien des filles et des femmes dans le système éducatif.
  1. Droit à l’alimentation
  2. Droit au logement
  3. Droit du travail
  • Reconnaissance et protection des droits du personnel domestique, constitué en majorité de femmes ;
  • Reconnaissance et protection des droits des petites commerçantes (marchandes de rue) ;
  • Promotion et protection de la liberté syndicale ;
  • Protection des droits des ouvrières de la sous-traitance ;
  • Equité salariale ;
  • Non discrimination ;
  • Non violence (droit de cuissage, harcèlement sexuel, harcèlement moral).
  1. Sécurité sociale
  • Protection des femmes enceintes
  • Protection des jeunes mères
  • Protection et assistance aux familles
  • quelque soit leur mode de constitution, en particulier les familles monoparentales féminines ;
  • ayant à charge des personnes handicapées, notamment des enfants.
  • Protection des personnes mineures (enfants, adolescents/adolescentes) contre toute forme d’exploitation, en particulier les mineurs/mineures en situation de grande vulnérabilité telle que les restavèk (enfants en domesticité) qui sont en majorité des filles.
  • Pauvreté

Notamment le phénomène de la féminisation de la pauvreté.