Message à l’occasion de la Journée internationale des droits humains – 10 décembre

Depuis quelques années, de plus en plus d’organisations citoyennes commémorent la Journée internationale des droits humains qui clôture la période des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes. Pour Haïti, cette date est particulièrement symbolique.

En effet : 

  • C’est parce que nos ancêtres des deux sexes se sont reconnu.e.s comme des personnes à part entière qu’elles et ils ont lutté pour se libérer de l’avilissement de l’esclavage. 
  • C’est parce que les pionnières féministes se sont reconnues comme des personnes qui comptent, qu’elles ont lutté pour que les femmes haïtiennes soient actrices de leur vie. 
  • C’est parce que, en tant que peuple, nous nous sommes reconnu.e.s dans l’idéal de liberté que nous avons résisté à la dictature et aux occupations étrangères. 

La conjoncture sociopolitique pourrait laisser croire que ces luttes pour la dignité humaine sont vaines. En dépit du mépris de la vie affiché par les violateurs de tout acabit, notre quête de liberté et de justice sociale demeure inchangée. Partout dans le pays, des femmes et des hommes continuent à se mobiliser pour faire échec à la déshumanisation, pour trouver le chemin d’une vie digne, pour forger nous-mêmes notre futur. 

La Journée internationale des droits humains est une occasion :

  • De réaffirmer notre engagement en tant que défenseures des droits humains, des droits spécifiques des femmes. 
  • De réitérer notre refus de la répression, de l’insécurité, de l’impunité et des décrets liberticides. 
  • De dire Non aux assassinats commandités, aux féminicides, aux attaques des gangs armés contre des populations marginalisées, aux kidnappings accompagnés de tortures et de viols. 
  • De rejeter la corruption, le clientélisme et la gabegie qui pénalisent lourdement notre pays. 

Liberté, égalité, solidarité !

Port-au-Prince, le 10 décembre 2020.

Danièle Magloire, Kay Fanm

VERSION PDF