Port-au-Prince, 21 septembre 2017

Les organisations haïtiennes, signataires de cette prise de position, constatent depuis quelques mois la paralysie des tribunaux, notamment causée par la grève des greffiers et greffières qui revendiquent de meilleures conditions de travail, notamment une augmentation de salaire. Les organisations prennent aussi note de la grève des juges. En tant qu’organisations qui plaident pour la réforme du système judiciaire, nous exprimons nos inquiétudes quant au mode de prise en charge du problème de la Justice par l’Exécutif et le Parlement.

Le diagnostic du système judiciaire, réalisé à travers les ateliers du Forum Citoyen pour la réforme de la justice entre 2001et 2005 avait mis en évidence diverses entraves au bon fonctionnement de la justice. Ces problèmes persistent encore aujourd’hui, à savoir :

  • L’insuffisance et/ou l’inadéquation des infrastructures judiciaires ;
  • Le non-respect des droits des personnes détenues : détention préventive prolongée, mauvaises conditions de détention (hygiène, alimentation, surpopulation carcérale) ;
  • L’absence de transparence ;
  • La dépendance du système judiciaire ;
  • La désuétude de certains textes de loi ou leur caractère discriminatoire ou non démocratique ;
  • La formation du personnel de la justice ;
  • Les conditions de travail des fonctionnaires de la justice ;
  • La corruption freinant la distribution équitable de la justice.

Le dysfonctionnement des tribunaux cause de sérieux préjudices aux citoyens et citoyennes. Cela a empêché la tenue des assises criminelles de la fin de l’année judiciaire de 2017, ce qui constitue une violation des droits des personnes détenues qui devront attendre les prochaines assises pour être fixées sur leur sort.

Cet état de chose aggrave la récurrence de la détention préventive prolongée, de la surpopulation carcérale et contribue à renforcer la méfiance des citoyens et citoyennes envers le système judiciaire, jugé inaccessible, inéquitable et inefficace.

Les organisations signataires de la présente note prennent acte du dépôt par-devant le Parlement des avant-projets de nouveaux codes de lois (Codes pénal et Code de procédures pénales). Elles déplorent l’insuffisance des consultations et le manque de débats publics autour de ces nouveaux codes et le fait que ces textes ne soient disponibles qu’en français.

Elles constatent aussi que la loi de finances pour l’exercice fiscal 2017-2018, n’apporte pas de réponses adéquates urgentes aux problèmes du système judiciaire ainsi qu’à la faible allocation attribuée au pouvoir judiciaire.

Pour la construction d’un système judiciaire indépendant, transparent et proche de la population, les organisations signataires proposent que :

  • La loi du 13 novembre 2007 créant le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) soit amendée.
  • Le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique transfère toutes les compétences au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) afin que celui-ci puisse jouer pleinement son rôle d’administrateur de la Justice.
  • Le budget adopté par le Pouvoir Exécutif et le Pouvoir Législatif soit rectifié afin que plus de ressources soient allouées au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) pour répondre aux besoins de la population en matière de justice.
  • Une loi définisse la nature exacte des « services publics de la Justice » et les critères légaux de leur distribution et les conditions de leur accessibilité pour chaque citoyen et citoyenne.
  • Les avant-projets de Code pénal et Code de procédures pénales examinés par le parlement fassent l’objet de plus d’informations auprès des populations, de consultations d’expert-e-s de différentes disciplines afin de s’assurer que les codes prennent en compte les réalités de la société haïtienne et soient conformes aux principes de droits humains, notamment la non-discrimination et l’équité.
  • Ces codes soient traduits en Créole pour respecter les droits linguistiques du peuple haïtien ; ils doivent être publiés et largement diffusés après leur adoption, afin de lui permettre de bien comprendre ses droits dans un cas judiciaire.

 

Pou lajistis fonksyone pi byen

Pòtoprens, 21 sektanm 2017

Òganizasyon ayisyen yo ki siyen pozisyon piblik sa a konstate tribinal yo kanpe travay depi kèk mwa akòz grèv grefye yo k ap mande pi bon kondisyon travay epi ogmantasyon salè. Òganizasyon yo pran nòt jij yo ki yo menm tou rantre nan grèv. Kòm òganizasyon k ap plede pou refòm sistèm lajistis ayisyen an nou enkyete anpil pou fason nou wè Pouvwa Egzekitif ak Pouvwa Lejislatif la ap trete pwoblèm sa a.

Analiz sistèm jidisyè a ki te reyalize atravè divès atelye Fowòm sitwayen pou refòm lajistis la soti 2001 rive 2005 te montre pakèt pikan kwenna ki anpeche lajistis la mache byen. Pwoblèm sa yo toujou rete tennfas jounen jodi a. Men kèk nan yo :

  • Mank enfrastrikti jidisyè epi sa ki genyen yo pa kòdjòm ;
  • Mank respè dwamoun k ap tann jijman : moun k ap tann jijman depi lontan, move kondisyon sant detansyon yo (lijyèn, manje, anpil moun nan yon ti selil) ;
  • Absans transparans ;
  • Depandans sistèm jidisyè a parapò ak lòt 2 pouvwa Leta yo (Egzekitif ak Lejislatif) ;
  • Kèk tèks lalwa ki pa alamòd ankò, ki genyen mak diskriminasyon oubyen ki pa demokratik ;
  • Fòmasyon moun k ap travay nan lajistis la ;
  • Kondisyon travay fonksyonè lajistis yo ki pa bon ;
  • Koripsyon ki anpeche lajistis la distribiye pou tout moun menm jan.

Tribinal yo ki p ap mache byen kapab koze gwo tò kont sitwayen ak sitwayèn yo. Sa anpeche asiz kriminèl nan finisman egzèsis jidisyè 2017. Sa ki se yon vyolasyon grav dwamoun k ap tann jijman yo ki dwe tann ankò pou yon pwochen asiz pou konnen sò yo. Bagay sa a fè vin rav pwoblèm detansyon prevantiv pwolonje a, moun pil sou pil ki nan selil yo, e li ranfòse mefyans sitwayen ak sitwayèn yo kont sistèm jidisyè a ki deja pa efikas, ki pa menm pou tout moun epi ki pa pwòch popilasyon an.

Òganizasyon yo ki siyen nòt sa a pran nòt sou depo avanpwojè nouvo kòd lwa (kòd penal ak pwosedi penal la) devan palman an. Nou regrèt pa t genyen twòp konsiltasyon epi manke deba piblik sou nouvo tèks lalwa sa yo dayè ki disponib sèlman nan lang franse.

Òganizasyon yo konstate tou lalwa finans pou egzèsis fiskal 2017-2018 la pa pote repons kòrèk epi ijan pou pwoblèm yo sistèm jidisyè a genyen ak ti kantite kòb yo mete pou li a.

Pou konstui yon sistèm jidisyè endepandan, transparan e ki pwòch popilasyon an, òganizasyon yo ki siyen pozisyon piblik sa a pwopoze pou :

  • Lalwa 13 novanm 2007 ki kreye Konsèy Siperyè Pouvwa Jidisyè a amande.
  • Ministè Lajistis ak Sekirite Piblik transfere tout konpetans yo bay Konsèy Siperyè Pouvwa Jidisyè a pou li kapab jwe wòl li pou administre lajistis la tout bonvre.
  • Bidjè Pouvwa Egzekitif la ak Pouvwa Lejislatif la adopte a revize yon fason pou sistèm jidisyè a gen resous nesesè pou l reponn ak bezwen jistis popilasyon an espesyalman Konsèy Siperyè Pouvwa Jidisyè a.
  • Gen yon lwa ki defini yon fason klè sa « sèvis piblik lajistis yo ye» epi kritè legal pou distribisyon yo ak nan ki kondisyon sitwayen ak sitwayèn yo kapab jwenn yo.
  • Avanpwojè Kòd penal ak Kòd pwosedi penal yo palman an ap egzaminen yo fè deba bò kote popilasyon an ak konsiltasyon ekspè nan divès disiplin pou yo kapab asire yo kòd sa yo pran an konsiderasyon reyalite ayisyèn nan, li koresponn ak prensip dwamoun, espesyalman non diskriminasyon epi menm chans pou tout moun.
  • Kòd sa yo tradui an kreyòl pou respekte dwa linguistik pèp ayisyen an ; pou yo pibliye epi gaye yo nan tout peyi a lè yo fin adopte yo pou l ka byen konprann dwa li devan lajistis.

 

Òganizasyon ki siyen yo se / Organisations signataires :

Non ak Siyati Òganizasyon yo
Jocelyne Colas NoEl CE-JILAP (Komisyon Episkopal Nasyonal Jistis ak Lapè)
Sylvie Bajeux CEDH (Centre Œcuménique des droits humains)
Me Joseph Maxime RONY POHDH (Plateforme des Organisation Haïtiennes des Droits Humains)
Pierre EspÉrance RNDDH (Réseau national de défense des droits humains)
Dr Jeanne Marjorie Joseph URAMEL (Unité de recherche et d’action médico-légale)
Me Gédéon JEAN CARDH (Centre d’analyse et de recherche en droits de l’Homme)
Édouard PAULTRE CONHANE (Conseil haïtien des acteurs non étatiques)
Yolette Andrée JEANTY Kay Fanm
Ary RÉGIS SAKS(Sosyete animasyon ak kominikasyon sosyal)
Marie Ange NOEL Fanm Deside
Elvire EUGÈNE AFASDA (Asosyasyon fanm solèy d Ayiti)
Djénane LEDAN CPFO (Centre de promotion des femmes ouvrières)
Rose Getchine LIMA GADES (Groupe d’appui au développement du Sud)
Marie Guyrleine JUSTIN REFRAKA (Rezo fanm nan radyo kominotè ayisyen)
Evelyne LARRIEUX SOFA (Solidarite fanm ayisyèn)

 

Version PDF