Kay Fanm a inauguré au mois de décembre 2005 le centre REVIV. Ce nom dérivé du titre du programme (réhabilitation des victimes de violence) signifie en créole renaitre, retrouver la vie…

Le centre REVIV accueille de façon transitoire ou définitive des fillettes et des adolescentes victimes d’agressions sexuelles. C’est notre manière d’apporter notre contribution à la réhabilitation des mineures victimes d’agressions sexuelles. Plusieurs associations ont salué cette initiative et commencent à faire appel aux services dispensés par Kay Fanm. Ce centre est également un témoignage criant de la démission des instances de l’état face à la détresse d’une population dépourvue de toute protection.

Kay Fanm signifie en créole la maison des femmes.

Kay Fanm est une association de femmes haitiennes fondée en 1986, dans la vague des grandes mobilisations populaires qui avaient conduit au renversement de la dictature des Duvalier. C’est une association féministe qui lutte pour la justice sociale et le respect des droits des femmes.

Le siège principal se trouve à Port-au-Prince, mais nous travaillons également dans 2 autres régions du pays : l’Artibonite et Nippes. L’association regroupe des femmes de divers secteurs de la vie nationale et fonctionne sur le modèle d’un réseau. On retrouve donc au sein de Kay Fanm des groupes de femmes paysannes, des marchandes, des travailleuses de maisons, des professionnelles etc.

Il faut souligner que les associations de femmes constituent actuellement le secteur le mieux structuré de la société civile haitienne. Regroupées au sein de la CONAP, elles développent de nombreux partenariats et sont très actives dans la construction d’articulations entre les divers secteurs associatifs (droits humains, universités, syndicats, jeunes etc.).

Fer de lance et vigies de tous les fronts, les associations de femmes se sont investies dans tous les champs où les droits sont piétinés et ont su démontrer leur grande combativité.